Origine de la trichromatie chez l’Homme et les primates

Origine de la trichromatie chez l’Homme et les primates

La genetique nous renseigne sur les parentes entre les especes et nous explique l’origine de caracteres nouveaux chez nos etres vivants.

L’homme, comme la majorite des primates, est trichromate. Ca signifie que sa retine est dotee de trois types de pigments qui absorbent la lumiere. Ce sont ces melanges de lumieres de longueurs d’onde diverses qui donnent des couleurs, obtenues apres des cascades d’evenements moleculaires qui traduisent l’excitation des cones. Ceci fut surpris plus tot, de meme que les proprietes en synthese additive d’une lumiere.

Bon nombre de mammiferes paraissent dichromates (possession de deux pigments), bien que celui-ci y a des mammiferes nocturnes ne possedant qu’un seul pigment. Notons qu’a l’inverse, des poissons, des reptiles ou des oiseaux ayant parfois quatre pigments et pourront detecter la lumiere ultraviolette. Notre trichromatie des primates semble donc inhabituelle. Nous etudierons donc ici la probable origine d’une trichromatie chez nos primates, qui semble pouvoir s’appliquer a l’homme.

Tout d’abord, decrivons nos points communs et nos differences entre nos proteines pigments. Le pigment S, de courte longueur d’onde, a un maximum d’absorption d’la lumiere autour de 430 nanometres (correspondant a du bleu), le pigment M, de moyenne longueur d’onde, autour de 530 nanometres (correspondant a du vert), et le pigment L, de grande longueur d’onde, autour de 560 nanometres (correspondant a d’un rouge).

Mes pigments M et L se ressemblent beaucoup.

Dans les faits, outre leur proximite d’absorption au domaine du visible, leur faible difference de sensibilite spectrale reste due a des substitutions de juste 3 des 364 acides amines qui les composent. De plus, les genes des codant seront a proximite l’un de l’autre via le chromosome X. Cette position sur un chromosome sexuel reste conforme a votre que nous connaissons du daltonisme.

Notre gene du pigment S, quant a lui, se situe sur le ashley madison chromosome 7. Sa sequence d’acides amines le distingue nombre des pigments M et L. Sachant que presque tous les vertebres ont des genes dont nos sequences paraissent proches du pigment S humain, nous pouvons en deduire qu’un pigment sensible a toutes les courtes longueurs d’onde reste un criti?re ancien d’la vision des couleurs.

Mes premiers mammiferes ayant un lien de parente direct avec les reptiles mammaliens – possedant quatre types de cones sur leur retine – etaient des petits animaux discrets et nocturnes. Les dinosaures qui dominaient la planete etaient de grands predateurs pour eux ; ils vivaient aussi caches. En s’adaptant a des conditions de life nocturnes, leurs yeux ont surtout privilegie la sensibilite des batonnets plutot que la vision des couleurs. Leur retine a aussi perdu 2 types de cone.

Ils font 65 millions d’annees, la disparition des dinosaures a permis l’affirmation des mammiferes via des territoires De surcroi®t et puis grands. Leur evolution a fera naitre votre groupe auquel appartenaient des ancetres des humains et des primates actuels de l’Ancien Monde. Ces premiers primates ont adoptes un mode de vie arboricole et donna une place importante a toutes les fruits dans leur alimentation. Pour percevoir le contraste entre les fruits et nos fleurs du feuillage environnant, un seul pigment sensible aux grandes longueurs d’onde est insuffisant pour distinguer nos contrastes entre des regions vertes, jaunes et rouges du spectre. L’evolution a fait le travail et a achete aux mammiferes un cone supplementaire concernant leur retine.

Parmi nos primates, nous pouvons distinguer deux sous-groupes : ceux de l’Ancien Monde, (ces derniers s’apparentent a toutes les hommes par la position de leurs genes permettant la vision des couleurs sur leurs chromosomes), ainsi, ceux du Nouveau Monde. Voyons comment, via des evolutions diverses, ces deux sous-groupes ont pu avoir acci?s a la trichromatie.

Tout d’abord, notons que ces deux lignees ont commence a diverger on voit environ 150 millions d’annees, au cours une separation progressive de l’Afrique ainsi que l’Amerique du Sud. Leur isolement genetique aurait ete complet on voit 40 millions d’annees.

Mes primates de l’Ancien Monde sont trichromates. Cette faculte est independante de leur sexe. Une hypothese avancee Afin de expliquer le origine reste qu’un gene de pigment de grande longueur d’onde aurait ete duplique concernant un seul chromosome X (ceci est une rare erreur de recombinaison), puis que des mutations successives sur le materiel genetique seraient a l’origine des deux pigments M et L limite identiques.

Chez les primates du Nouveau Monde, au contraire, seules les femelles pourront etre trichromates. Ceci reste du au fait qu’en plus du gene de courtes longueurs d’onde S, ces primates ne peuvent posseder qu’un seul variant du gene parmi les trois alleles qui existent. Ce variant du gene de grande longueur d’onde etant localise concernant le chromosome sexuel X, seules nos femelles ont la possibilite de posseder simultanement deux variants multiples du gene. Les existences de ces alleles sont les consequences de mutations ponctuelles successives.

Enfin, notons que au sein des deux cas, le phenotype obtenu a confere un avantage selectif tres important i  propos des dichromates, car ce nouveau caractere permettait de mieux distinguer les fruits murs des feuillages, entre autre.